Actualité
10 mai 2022

LA SÉCURITÉ ÉNERGÉTIQUE DE L'EUROPE DOIT COMMENCER PAR L’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

Le secteur de la construction en Europe - maisons, bureaux, écoles, hôpitaux, bibliothèques et autres bâtiments - est le plus grand consommateur d'énergie.

 

Il est également l'un des principaux émetteurs de dioxyde de carbone. En effet, collectivement, ce parc immobilier est responsable de 40 % de la consommation totale d'énergie de l'UE et de 36 % des émissions de gaz à effet de serre.

L'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments est essentielle pour atteindre l'objectif ambitieux du « Pacte vert » européen,celui de devenir neutre en carbone d'ici 2050. Elle est également essentielle pour répondre au besoin urgent de réduire la dépendance de l'UE vis-à-vis des combustibles fossiles.

L'efficacité énergétique devrait être au centre de tout effort visant à réduire à la fois les émissions de carbone et la dépendance aux combustibles fossiles. Pourtant, dans l'initiative REPowerEU proposée par la Commission européenne, elle semble passer au second plan.

Quentin Galland

"Nous ne pouvons pas aborder sérieusement la question de la sécurité énergétique sans nous occuper d'abord de l'efficacité énergétique", déclare Quentin GALLAND, Directeur des Affaires Publiques chez Knauf Insulation. "L'action proposée néglige le rôle essentiel que l'efficacité énergétique doit jouer si nous voulons un jour diminuer - voire éliminer - la dépendance de l'Europe au gaz russe."

 

La sécurité énergétique au-delà des solutions à court terme

Au lieu de mettre en avant des solutions à long terme, comme un parc immobilier efficace sur le plan énergétique, la proposition REPowerEU privilégie des  solutions à court terme qui ne permettent pas de réduire la consommation énergétique globale d'un bâtiment - une condition pourtant préalable à la décarbonation. 

Prenons par exemple la proposition de déployer 30 millions de pompes à chaleur d'ici 2030.. Selon la Commission, cela permettrait à l'UE d'économiser 35 milliards de mètres cubes (mmc) de gaz par an - une prédiction qui, du moins sur le papier, est vraie.

Les pompes à chaleur utilisent l'électricité pour concentrer le potentiel thermique et sont comparativement plus efficaces sur le plan énergétique que les chaudières à gaz. Il est donc logique que le remplacement des chaudières à gaz par des pompes à chaleur électriques réduise la dépendance de l'Europe à l'égard du gaz russe et, ce faisant, les émissions totales de gaz à effet de serre du parc immobilier.

Tout le monde y gagne, non ? Pas tout à fait.

"Le problème est que les pompes à chaleur ne résoudront pas à elles seules les problèmes de combustibles fossiles et de carbone de l'Europe", déclare Steven HEATH, Expert en énergie chez Knauf Insulation.

 

Un tour de magie fragile

L'attrait des pompes à chaleur réside dans leur capacité à réaliser ce que Steven décrit comme un "tour de magie". "Vous mettez 1 kW d'électricité dans le chapeau et vous en retirez quatre unités de chaleur", explique-t-il. "Cela représente essentiellement un rendement de 400 % par rapport au rendement de 90 % des chaudières à gaz".

Cependant, pour être une alternative viable aux chaudières à gaz, les pompes à chaleur doivent être capables de chauffer une maison ou un bâtiment à un coût comparable. Cela signifie qu'il faut atteindre le ratio "magique" d'environ 4 unités de chaleur pour 1 kW d'électricité. Mais ce n'est pas toujours le cas, comme l'a montré le Royaume-Uni, qui a connu un récent déploiement de pompes à chaleur.

Selon l'analyse récente, le taux d'efficacité médian des pompes à chaleur au Royaume-Uni est plus proche de 2,7 unités de chaleur pour chaque kW d'électricité consommé, ce qui est loin du rapport idéal de 1 à 4. En outre, sur les 66 maisons étudiées, seules six pompes à chaleur ont atteint le rapport promis de 1 à 4.

"De nombreux utilisateurs de pompes à chaleur de l'étude paient probablement le double du coût d'une chaudière à gaz après avoir déjà payé deux fois plus pour installer la pompe en premier lieu", explique Steven.

Les pompes à chaleur ont également un problème de capacité. "Dans la grande majorité des foyers britanniques, le chauffage démarre vers 5 ou 6 heures du matin", explique Steven.

Si ce n'est pas un problème lorsque tout le monde utilise une chaudière à gaz, cela devient un problème avec les pompes à chaleur. "Si toutes les pompes à chaleur se mettent en marche en même temps, le réseau sera défaillant, car il n'y a tout simplement pas assez d'énergie renouvelable pour répondre à la demande", ajoute Steven...

Le défi de fournir suffisamment d'électricité pour les pompes à chaleur dans un réseau décarboné est encore plus aigu lorsqu'on examine les impacts saisonniers et en particulier la demande d'électricité de pointe en hiver. Une analyse réalisée par Knauf Energy Solutions sur le défi des pics hivernaux en Allemagne a conclu que si la demande globale d'électricité pour le chauffage électrique augmentait de 356 térawattheures (TWh)/an, la capacité de production supplémentaire nécessaire pour répondre à cette demande, en raison des pics et des creux de production hivernaux, serait de 2 129 TWh/an, soit près de cinq fois plus.

"Alors que nous décarbonons à la fois le chauffage et la production d'électricité, l'efficacité énergétique dans les maisons n'est plus seulement une question d'économies d'énergie pour les résidents, il s'agit de réduire les coûts globaux du système énergétique pour la capacité de production de pointe", a expliqué Barry LYNHAM, Directeur Général de Knauf Energy Solutions. "Cela signifie que les maisons devraient être considérées comme des centrales électriques virtuelles, où, à l'aide de compteurs numériques d'efficacité énergétique, les gouvernements devraient investir pour réduire les besoins en capacité du réseau grâce à des économies d'efficacité énergétique prouvées dans les maisons."

 

Tout commence par l’isolation

Tout ceci illustre la fragilité de la solution des pompes à chaleur lorsqu'elle est abordée de manière isolée. "En un sens, REPowerEU, tel qu'il est proposé, veut franchir la ligne d'arrivée sans avoir d'abord couru la course", note Quentin GALLAND.

Au lieu de se lancer directement dans l'installation de pompes à chaleur, l'Europe doit s'assurer que son parc immobilier est prêt pour les pompes à chaleur - et cela commence par une bonne isolation. En effet, pour qu'une pompe à chaleur atteigne le taux de rendement magique de 400 %, deux facteurs doivent être pris en compte : la température extérieure et la température de départ du circuit de chauffage ou de radiateur.

"Vous ne pouvez pas contrôler la température extérieure, mais une maison bien isolée ralentira la perte de chaleur vers l'extérieur, ce qui permettra d'abaisser la température de départ dans les radiateurs jusqu'à 35º tout en assurant le confort de la maison", explique Steven HEATH. "Une mauvaise isolation, en revanche, signifie que des températures de départ plus élevées sont nécessaires pour offrir ce même confort intérieur, ce qui fait s'effondrer le taux d'efficacité et entraîne des factures très élevées pour l'occupant."

Sur les quelque 250 millions maisons en Europe, moins de 10 % ont été construites au cours des dix dernières années et ne sont pas conformes aux dernières normes d'isolation. En outre, sur les 85 à 90 % du parc immobilier actuel qui seront encore debout en 2050, au moins 75 % sont inefficaces sur le plan énergétique et, sans rénovation importante, ne sont pas correctement configurés pour une pompe à chaleur.

"Cela signifie que la grande majorité des maisons ne sont pas efficaces sur le plan énergétique et ne sont donc pas prêtes pour une pompe à chaleur", explique Quentin GALLAND.

Alors, comment faire pour qu'une maison soit prête à recevoir une pompe à chaleur ? "Dans un monde idéal, il faut mesurer la perte de chaleur du tissu de la maison utilisée", note Steven HEATH. "S'il s'avère qu'elle est inefficace, installez une isolation complète de la maison à un coût approprié pour améliorer l'efficacité de la maison tout en dimensionnant la pompe à chaleur et les radiateurs pour répondre à ce besoin réduit de chauffage des locaux".

"Le dimensionnement doit tenir compte de la demande de chaleur de pointe par temps très froid, ainsi que des estimations de la demande moyenne."

 

Assurer une victoire à long terme pour une initiative politique historique

Dans cette optique, REPowerEU devrait commencer par se concentrer sur les 34 millions d'Européens qui vivent dans des maisons mal isolées. "Nous savons que le déploiement des pompes à chaleur est une solution rapide, mais si les bâtiments ne sont pas d'abord correctement isolés, ce n'est une victoire à long terme pour personne", ajoute Quentin GALLAND.

"Pour garantir une victoire à long terme, nous recommandons de placer l'efficacité énergétique au cœur des plans de l'Europe pour atteindre l'indépendance énergétique. Tous les États membres devraient soutenir des programmes visant à isoler les toits, les combles, les murs (intérieurs et extérieurs), et sous dalle de tous les foyers européens d'ici l'hiver prochain."

Selon le Building Performance Institute Europe (BPIE), l'isolation des combles et des toitures de maison pourrait permettre d'économiser jusqu'à 14 % d'énergie de chauffage résidentiel d'ici 2030. Elle présente également l'avantage d'être une mesure techniquement simple qui peut être rapidement mise en oeuvre. En outre, elle permettrait de réaliser des économies d'énergie annuelles équivalentes à 26 milliards de m3 de gaz fossile économisés, soit environ 17 % des importations de l'UE en provenance de Russie en 2021.

"Sans isolation, vous ne pouvez pas avoir de bâtiments efficaces sur le plan énergétique, et sans bâtiments efficaces, les pompes à chaleur ne pourront pas fournir de la chaleur à faible coût et à faible teneur en carbone", conclut Steven HEATH. "Il n'y a pas moyen d'y échapper, si nous n'adoptons pas une approche écosystémique, nous échouerons - tant en ce qui concerne la réduction de notre dépendance aux combustibles fossiles que sur la réalisation de nos objectifs climatiques."

Découvrez notre nouvelle stratégie !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

31 mars 2022

LANCEMENT D'UN NOUVEAU SERVICE DE RECYCLAGE DES DÉCHETS DE CONSTRUCTION ET DE DÉMOLITION

Knauf Insulation a officiellement ouvert une nouvelle usine de recyclage de laine minérale de verre qui représente un in...

Lire l'article
17 mars 2022

LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE DU BÂTI

  Faire de la transition écologique du bâti un sujet central du prochain quinquennat.  Un comité de réflexion s’est réun...

Lire l'article
23 février 2022

COMMENT LA FRANCE PEUT METTRE L'EUROPE SUR LA VOIE DE LA NEUTRALITÉ CARBONE ET CLIMATIQUE DE 2050

Knauf Insulation a salué la présidence française du Conseil de l'Union européenne comme une occasion historique de place...

Lire l'article